Adresse : Suaci: Alpes du Nord
Maison de l’Agriculture et de la Forêt
40 rue du terraillet
73190 Saint Baldoph
Tél : 04 79 70 77 77
Fax : 04 79 70 82 82
Site : http://www.suaci-alpes.fr
http://www.suaci-alpes.fr

Le cadre Financier Pluriannuel PAC à venir

Budget de la prochaine PAC – Cadre Financier Pluriannuel

La Commission européenne a présenté ce 27 mai 2020 une nouvelle proposition pour le cadre financier pluriannuel (CFP) de l’UE pour la période 2021-2027, adossée à une proposition de fond de relance pour faire face à la crise économique et sanitaire liée au Covid. Le budget PAC, encore en baisse par rapport au CFP actuel (en euro constants 2018), y est néanmoins revu à la hausse. Le FEADER est notamment augmenté, et bénéficie de 15 milliards supplémentaires à travers le plan de relance « Next Generation ». Le détail est présenté dans le document à télécharger.

Un Conseil européen extraordinaire a réuni les différents Etats Membres le 20 février pour tenter de parvenir à un accord sur le prochain cadre budgétaire. Accord qui semble encore lointain. Le budget de la prochaine PAC, dont la négociation a commencé dès mai 2018 avec la proposition budgétaire de la Commission européenne, est toujours en cours de négociation.

Depuis la proposition de la Commission européenne à 1.114% du RNB, le Conseil négocie. L’ancien Président du Conseil Donald Tusk avait pour objectif de parvenir à un accord en octobre 2019, mais les divisions entre EM et les retards de mise en place de la nouvelle Commission ont reporté la décision. La Présidence finlandaise du Conseil a publié un premier document pour la négociation du CFP en décembre 2019, en réduisant le CFP à 1.07% du RNB, et en modifiant les affectations de dépenses proposées par la Commission : le FEADER y était notamment augmenté de 10 milliards d’euros, pour atteindre 80 milliards. Cette proposition n’a néanmoins pas obtenu suffisamment de soutien pour être approuvée lors du Conseil européen de décembre.

Depuis, le nouveau Président Charles Michel a pris la tête des négociations, et a notamment organisé un Sommet européen exceptionnel ce 20 février 2020 en déclarant : « le moment est venu de parvenir à un accord à notre niveau sur le cadre financier pluriannuel ». Il a également fait une nouvelle proposition budgétaire, à 1.074% du RNB (1094.8 milliards d’euros) : les aides directes y sont légèrement revalorisées, mais le second pilier est en baisse par rapport à la proposition de la présidence finlandaise.

A la fin de ce Sommet extraordinaire, il semble qu’un accord du Conseil pour le prochain CFP soit encore lointain. Les divergences entre les différents Etats Membres sont en effet encore importantes, avec plusieurs groupes : les « 4 frugaux » (Autriche, Danemark, Pays Bas et Suède) forment une minorité de blocage, qui réclame de limiter la taille du budget à 1.00% du PNB. En parallèle, 20 EM réunis dans le « groupe de Madrid » soutiennent un maintien du budget PAC (dont la France, à l’initiative du mémorandum demandant la stabilisation des fonds dédiés à la PAC). Enfin, 18 Etats membres dont demandent un maintien du budget de Cohésion. La première partie des négociations concernera donc la taille globale du budget européen : la Commission a proposé 1.114% du RNB, Charles Michel 1.074%, mais les « 4 frugaux » soutenus par l’Allemagne souhaitent limiter la taille du budget à 1.00%.

Par la suite, la répartition des dépenses entre les différentes rubriques sera également discutée. La répartition des dépenses pré-affectées (PAC et Cohésion) entre les différents Etats Membre devrait également faire l’objet de négociation, tout le comme le maintien – ou non – du mécanisme de « rabais » pour les gros contributeurs. Ces rabais sont généralement négociés afin de parvenir à un accord tout de tous les Etats membres, et il est difficile d’imaginer que ces rabais soient supprimés pour les « 4 frugaux » si le CFP doit finalement dépasser les 1.00%

Il semble important de rappeler que parvenir à un accord entre Etats Membres au sein du Conseil est une chose, mais tout accord sur le CFP devra ensuite obtenir l’approbation du Parlement (à la majorité). Selon le traité de Lisbonne, le Parlement ne peut en effet pas amender les propositions du Conseil, mais son approbation est en revanche nécessaire. Or les députés ont rappelé que leur consentement est pour le moment loin d’être acquis, d’autant plus que leur proposition budgétaire (1.30% du RNB) est bien loin des montants proposés jusqu’à présent.

Les négociations risquent donc de se poursuivre encore longtemps… malgré l’urgence à parvenir à un accord (le cadre budgétaire actuel expire en fin d’année)

Négociation du CFP : toutes les étapes : https://www.consilium.europa.eu/fr/...

Contact

Anne Castex
anne.castex@suaci.fr
Tél. 04 79 70 86 86